Attention à la positivité toxique (Bernard Anselem)


Devons-nous tous nous transformer en smileys ? 

Un article de Bernard Anselem, médecin neurospsychologue publié le 15 octobre 2019 sur LinkedIn : https://www.linkedin.com/pulse/attention-%C3%A0-la-positivit%C3%A9-toxique-bernard-anselem/?fbclid=IwAR1uXzpqU1E6tvnymCoVJKuwOwqohFUho64ypgUYhNCljfNYvFtIARufn-8
Vouloir positiver à tout prix est contre-productif. L’attente d’une vie sans heurts est une source de frustrations, une usine à ruminations incontrôlables. Dans notre cerveau, les évaluations négatives et les émotions désagréables ont aussi leur rôle. Cela ne signifie pas qu’il faut les laisser nous envahir, il existe de multiples stratégies efficaces pour limiter leurs effets nocifs, nous en avons déjà abondamment parlé et je les ai pour ma part traitées dans deux livres. En revanche il n’est ni possible ni souhaitable de chercher à les éradiquer. Par exemple, il a été mesuré chez les personnes se déclarant parmi les plus heureuses, une proportion d’environ ¾ d’affects positifs pour ¼ d’affects négatifs. Ce rapport chute lourdement chez les personnes anxieuses et encore plus dans la population dépressive. Les évaluations de psychologie positive nous aident à y voir clair. Rappelons que cette discipline est une évaluation scientifique des phénomènes affectifs afin de développer ce qu'il y a de meilleur en nous, et non pas une injonction au bonheur. Sachons accepter cette part d’ombre et la maintenir à sa place, pour nous même autant que pour notre entourage.
Aujourd’hui j’aimerais mettre en avant cet article paru sur Lettr'Optimiste revue périodique de la « ligue des optimistes » et inspiré par le site Anti-déprim.com, il nous indique des réflexes salutaires à acquérir face à une personne qui doute (aussi applicable à soi-même).
Vous pouvez les enrichir avec votre vocabulaire personnel et vos expériences, le plus important est d’exprimer votre compassion d’une façon constructive et respectueuse. Il s’agit bien d’un apprentissage avec ce que cela comporte de motivation, de concentration, de mise en pratique, d’évaluation et de répétition pour transformer less bonnes intentions en automatisme naturel de pensée. Ces petites habitudes à prendre permettent de favoriser un optimisme actif et réaliste face à l’adversité.
"ATTENTION À LA POSITIVITÉ TOXIQUE",  un article du 13 octobre 2019 d'YVES DE MONTBRON de la ligue des optimistes de France : https://www.liguedesoptimistes.fr/2019/10/13/attention-a-la-positivite-toxique/
Lorsque vous annoncez une mauvaise nouvelle à un proche, ou que vous partagez un problème que vous rencontrez, beaucoup de gens ont le réflexe naturel de dire quelque chose comme « sois positif ! ».
Combien de fois avez-vous déjà entendu une injonction de ce genre et à quel point vous êtes-vous senti incompris dans les difficultés que vous rencontriez ?
Bien sûr, personne ne veut être enfoncé lorsqu’il est déjà abattu, alors nous pensons que dire des choses positives aux gens démoralisés leur donnera le coup de pouce dont ils ont besoin. Mais ce n’est pas toujours le cas.
Bien qu’elles puissent sembler inoffensives à première vue pour certains, ces paroles peuvent avoir un effet plus profond — et toxique — sur les personnes qui traversent une période difficile.
La psychothérapeute Whitney Hawkins Goodman affirme que ce genre de conseil est néfaste.
Elle a forgé l’expression « positivité toxique » pour décrire cette façon de nier le ressenti d’autrui pour lui imposer une vision qu’il n’est pas prêt à adopter.
Sur son compte Instagram @sitwithwhit, elle a partagé un tableau pour sensibiliser les gens à la différence entre la « positivité toxique » et ce qu’elle appelle la validation, qui consiste à accepter, sans jugement, le côté négatif d’une situation, et faire entrevoir un espoir à la personne.
Aucun texte alternatif pour cette image
Dans la vie, il ne s’agit pas être toujours positif quoi qu’il arrive, ni d’affirmer que tout va bien à quelqu’un qui va mal. C’est aussi reconnaître qu’il y a des moments difficiles, et faire preuve de compassion, pour aider la personne à digérer son épreuve, avant de lui apporter aide ou conseil pour l’aider à rebondir.
Sources : https://anti-deprime.com/2019/07/13/comment-eviter-la-positivite-toxique/ et https://www.ipnoze.com/validation-espoir-soutien-positivite-toxique-difference-sitwithwhit/
Références : Trampe D, Quoidbach J, Taquet M (2015) Emotions in Everyday Life. PLoS ONE 10(12)e0145450. doi:10.1371/journal.pone.0145450 ; Lyubomirsky S, King L,Diener E, The Benefits of Frequent Positive Affect:Does Happiness Lead to Success? 2005 the American Psychological Association 2005, Vol. 131, No. 6, 803–855
"Ces émotions qui nous dirigent" éditions Alpen https://goo.gl/nGlyfp
  " Je rumine, tu rumines, nous ruminons " éditions Eyrolles http://www.unitheque.com/Livre/eyrolles/Je_rumine,_tu_rumines..._nous_ruminons-110841.html 

Commentaires