• "J'ai croisé plusieurs fois de telles personnes [ayant des troubles psychiques] dans ma carrière, et chaque fois j'étais frappé par leurs compétences exacerbées et par une sensibilité dont l'entreprise a tout intérêt à ne pas se passer. Il nous incombe de nommer ces troubles et de dédramatiser leurs conséquences car, la plupart du temps, ils n'empêchent pas l'exercice d'une activité professionnelle".

  • Un Français sur cinq est concerné par un trouble psychique, qu'il s'agisse de dépression, de bipolarité ou de schizophrénie par exemple, qu'il en soit lui-même victime ou qu'un membre de sa famille ou un proche le soit. Cette réalité nous interpelle en tant qu'être humain, comme citoyen et comme chef d'entreprise. Le sujet est encore tabou en France. Au déni souvent intrinsèque à la personne atteinte d'un trouble psychique s'ajoute une conscience collective qui, trop souvent, refoule une réalité qu'elle ne parvient pas à appréhender. La peur individuelle face à une adversité qui n'épargne personne explique aussi la frilosité d'un grand nombre à affronter le sujet. 

Article des echos.fr 10 juin 2019

Commentaires