Trouble borderline et trouble bipolaire : leur métabolisme cérébral suggère une relation entre les deux (PsychologyToday.com, New York, 31 mars 2019)


Certains des premiers chercheurs ont pensé au départ qu'il était simplement une variante du trouble affectif bipolaire, or les symptômes suivants : craintes d'abandon et un sens d' identité instable, distinguent clairement le trouble borderline du trouble bipolaire. 
  • Jusqu'à ce que les caractéristiques déterminantes soient établies il y a presque 40 ans dans le DSM-III, le trouble de la personnalité de la personnalité borderline était un concept vague et ambigu. Certains des premiers chercheurs ont insisté sur le fait qu'il était simplement une variante du trouble affectif bipolaire. Après tout, s’il pouvait y avoir un bipolaire I et un bipolaire II, pourquoi le soi-disant trouble de la personnalité limite n’était-il pas quelque chose du genre bipolaire IV, V ou VI? 
  • Des études ultérieures ont établi que des symptômes importants, tels que des craintes d'abandon et un sens d'identité instabledistinguaient clairement le trouble borderline du trouble bipolaire. Les données génétiques ont également noté des distinctions. 
  • Une étude norvégienne récente (1)  a comparé le fonctionnement du cerveau chez des patients atteints de Trouble borderline, de trouble bipolaire II et d’un groupe témoin. Les chercheurs ont découvert des similitudes et des différences de métabolisme dans ces deux groupes. Les deux groupes, comparés aux témoins, présentaient une diminution du métabolisme dans certaines parties du cerveau en raison du contrôle émotionnel et des interactions sociales, cependant : Les patients atteints du TB II présentaient un métabolisme nettement réduit dans le cervelet, le tronc cérébral et certaines parties du cortex associés à d'autres cas de dépression neurobiologique.  - Les patients atteints du trouble Borderline ont montré un métabolisme plus faible dans d'autres régions, y compris l'hypothalamus. 
 ->L'hypothalamus est intimement associé au système endocrinien, qui implique des réponses au stress et des sécrétions hormonales, notamment du cortisol, de la testostérone et des œstrogènes. L’hypothalamus joue également un rôle clé dans la production de l'ocytocine, qui est liée aux sentiments maternels et au comportement social chaleureux.

Qu'est-ce que l'hypothalamus ?


Conclusion : À mesure que nous en apprenons davantage sur le fonctionnement du cerveau, nous devons comprendre que les symptômes et les diagnostics s’entremêlent de différentes manières. (Tout comme le symptôme d’une toux peut éventuellement conduire à l’isolement de bactéries spécifiques, à un diagnostic et à un traitement, un symptôme psychiatrique peut également nous amener à isoler une région spécifique du cerveau qui aboutit à un traitement apaisant les souffrances).
Auteur : Jerold Kreisman, MD, psychiatre
Référence (1) :  "Profils de modification du métabolisme régional du glucose cérébral dans les troubles de la personnalité limite et les troubles bipolaires II", Acta Psychiatrica Scandinavica - Boen, E., et al. 19 mars 2019.https://onlinelibrary.wiley.com/doi/abs/10.1111/acps.12997
Pour en savoir plus :

Commentaires

Articles les plus consultés