Trouble bipolaire et échecs professionnels de l'entrepreneur. "La nuance entre un entrepreneur et un bipolaire peut être subtile". Une Association nationale à connaitre : "60000 rebonds"


  • La liquidation d’une entreprise induit généralement un traumatisme financier, professionnel et personnel pour son dirigeant. Entre problèmes financiers, sentiment d’isolement, stigmatisation sociale et difficulté à reprendre confiance en soi professionnellement, il n’est pas facile de rebondir pour les entrepreneurs. Mais rien ou presque n’existe pour les aider à rebondir.
  • A travers ses actions 60 000 rebonds contribue également à faire évoluer en profondeur le regard sur l’échec en France. Une association à connaitre : https://60000rebonds.com/60-000-rebonds-en-france/


->Liens chef d’entreprise-échecs professionnels-trouble bipolaire :

"Trouble bipolaire chez l’entrepreneur- Quand l’ambition tue son homme"

"Les 10 dernières années ont été désastreuses pour les personnes atteintes d’un trouble de l’humeur sévère. Face à la valorisation de l’expansion, l’idéologie des gros modèles américains et l’ouverture au financement, le bipolaire devient comme un alcoolique devant un « bar ouvert ». En période high, il ne connaît aucune limite, sauf celles imposées par son entourage : le conjoint, les associés, les institutions financières. Et encore…".

"Les victimes de ce syndrome sont souvent valorisées, car la nuance entre un entrepreneur et un bipolaire peut être subtile. À petite dose, certains traits se ressemblent mais, attention, chez le bipolaire, ces traits deviennent excessifs et provoquent des désastres financiers et relationnels."

"La bipolarité affecte environ 3 % à 4 % de la population à des degrés différents. Pierre Péladeau en était victime. La personne qui en souffre connaît des phases maniaques ou phases high. Pendant ces périodes, elle déborde d’idées, d’énergie, de confiance et d’ambition. Elle se surestime, tout en sous-évaluant les difficultés, et oscille entre des moments d’humeur exaltante et d’autres de grande irritabilité."

"Comme cette personne est convaincue et convaincante, on a peine à freiner ses projets. D’ailleurs, elle réagit agressivement à la contestation. Un goût du risque très élevé pourra l’amener à des dépenses excessives et des comportements hasardeux. Ceux-ci entraîneront parfois des conséquences fâcheuses telles l’abus de boisson, la conduite dangereuse ou l’aventure extraconjugale. Un jour ou l’autre viendra le cycle de la dépression avec les symptômes qui y sont associés."


->Rappel des répercussions sociales du trouble bipolaire :

  • La bipolarité affecte significativement l’insertion professionnelle : 50 % des sujets sont inactifs. Seuls 16 % ont un emploi temps plein. Les coûts indirects de la prise en charge sont donc alourdis. Une désinsertion socioprofessionnelle est notable chez les sujets présentant un trouble bipolaire ou des états subsyndromiques.
  • Les sujets bipolaires ont un désavantage social en raison d’une incertitude évolutive du trouble. Le rôle social du sujet, qui suit l’inscription professionnelle et familiale, est difficile à assumer.

L’Encéphale, 2006 ; 32 : 38-40, cahier 2, D.Leguay

Commentaires

Articles les plus consultés