Les expositions à la nature urbaine réduisent le stress dans le contexte de la vie quotidienne grâce aux biomarqueurs salivaires ("Urban nature experiences reduce stress in the contexte of daily life bases on salivary biomarckers", université du Michigan, avril 2019) et dossier Cerveau et psycho mai 2019



Bientôt des "pilules de verdure "pour réduire le stress ?
L'efficacité est maximale à 20-30 mn, après quoi les avantages continuent de s'accumuler mais de façon réduite

Mémoire, santé, bien-être, estime de soi, créativité. Les bénéfices de l’exposition à la nature, y compris dans les parcs urbains, ne font plus de doute. La connaissance progresse. Mais dans quelle mesure ? et selon quel processus ?
Cette étude décrit la relation entre la durée d'une expérience de la nature (NE) et les modifications de deux biomarqueurs physiologiques du stress - le cortisol salivaire et l'alpha-amylase. Il s'agit de la première étude à utiliser une évaluation à long terme et à mesures répétées.
  • Sur le stress : La définition du stress varie selon les domaines et les spécialités en fonction des priorités: perception du stress, réponse comportementale au stress et réponse neurophysiologique au stress. Cette étude a étudié cette dernière en utilisant deux biomarqueurs physiologiques connus du stress. Le cortisol est la principale hormone du stress. Il intervient dans les voies physiques de nombreux processus métaboliques impliqués dans l'homéostasie, dont celui de la fonction immunitaire. Une élévation prolongée du cortisol nuit à l'apprentissage et à la mémoire, abaisse la fonction immunitaire et la densité osseuse et augmente la tension artérielle, le cholestérol, les maladies cardiaques et le poids McEwen, 2008 ; Lupien et al., 2009 ).
  • Résultats : Les deux biomarqueurs de stress ont indiqué une réduction du stress en réponse à une expérience à la nature.
  • Cortisol : Une expérience à la nature NE a entraîné une chute de 21,3% / h du cortisol au-delà de la chute diurne de 11,7% de l'hormone. L'efficacité d'une "pilule pour la nature" par temps passé était maximale entre 20 et 30 minutes, après quoi des avantages continuaient de s'accumuler, mais à un taux réduit.
  • Conclusion : Les marqueurs de stress ont révélé que la prise d'une pilule pour la nature réduit le stress de 21% / h (cortisol salivaire) et de 28% / h (amylase salivaire). Lorsque la durée de la NE est comprise entre 20 et 30 min, le gain/ bénéfice est le plus efficace.
Références : Hunter MCR., Gillespie BW., Chen SYP. (2019).Urban Nature Experiences Reduce Stress in the Context of Daily Life Based on Salivary Biomarkers. Frontiers in Psychology 10-722 DOI=10.3389/fpsyg.2019.00722
Auteurs : MaryCarol R. Hunter 1 * , Brenda W. Gillespie 2 et Sophie Yu-Pu Chen 3
A lire aussi : 

Comment la nature fait du bien à notre cerveau - mai 2019 https://www.cerveauetpsycho.fr/sd/sante-bien-etre/cerveau-psycho-n0110-16786.php



Commentaires

Articles les plus consultés