A toi qui souffre en ce moment ... (texte de Martin Binette, fondateur-éditeur en chef du blog "entre les deux oreilles", 24 avril 2019)





Entre Les Deux Oreilles  24 avril, 01:51
À toi qui souffre en ce moment, je t'offre ces mots de réconfort en cadeau.
Suis ces modestes conseils et cet enseignement et ton chemin dans la vie en sera grandement facilité et ton fardeau nettement allégé. J’en fais la promesse solennelle.
Trop longtemps ai-je gardé le silence sur les maux qui m’affligeaient par crainte d’être jugé et ridiculisé.
Trop longtemps ai-je caché ma douleur et mon désespoir derrière une bonhomie de peur que l’on me démasque pour l’être que j’étais réellement : un malade mental, un fou.
Prend bonne note ici : le silence est le complice de l’homme qui souffre.
Afin de briser les chaînes de la stigmatisation, de la peur et de la souffrance, le moyen le plus puissant à ta disposition est d’en parler.
À un ami, un membre de la famille, un psychologue. Peu importe. Pourvu qu’il s’agisse d’une personne de confiance et disposée à entendre ton récit.
Bien évidemment qu’il s’agit d’un geste absolument terrifiant. Mais il est empreint d’une grande humilité et d’un si profond courage. Je te le confirme, l’effet libérateur et les résultats positifs de parler ouvertement de ta maladie mentale compenseront au centuple les craintes et la peur des perceptions d’autrui.
Contrairement au vieil adage qui dit que « la parole est d’argent, mais le silence est d’or », je puis te confirmer qu’ici, le simple fait d’en parler n’a pas de prix.
Dans les moments les plus sombres de ta vie. Dans les tempêtes les plus violentes de ton existence. N’abandonne jamais.
Quand le désespoir semblera avoir une emprise manifeste sur ta vie et que la seule solution logique à tes yeux est d’y mettre fin. N’abandonne jamais.
Quand la peur te paralysera et que le doute s’immiscera pernicieusement dans ton esprit. N’abandonne jamais.
Malgré l’adversité, la douleur et la tristesse. Reste debout, garde la tête haute et laisse passer la tempête.
Car, je te le confirme, la tempête finie toujours par se dissiper. Et à chacun de ses passages elle laisse dans son sillage un apprentissage et une leçon inestimable.
Ce qui ne te tue pas te rend plus fort et la vie, ta vie, mérite d’être vécue. Ne l’oublie jamais.
Martin


Commentaires

Articles les plus consultés