Une nouvelle étude réalisée par des chercheurs de l'Institut Picower a révélé que la protéine CPG2 est nettement moins abondante dans le cerveau des personnes atteintes de trouble bipolaire (ScienceDaily, 9 janvier 2019, Institut Picower au MIT)

Une nouvelle recherche lie directement les variantes génétiques trouvées chez les personnes atteintes de trouble bipolaire à une expression réduite de la fonction de la protéine CPG2, avec des effets spécifiques sur les synapses et les circuits neuronaux. 
  • Dirigée par Elly Nedivi, professeur aux départements de biologie et des sciences du cerveau et de la cognition du MIT et l'ancienne post-doctorante de Mette Rathje, l'étude dépasse la simple déclaration d'associations entre les variations génétiques et les maladies psychiatriques. Au lieu de cela, les analyses et les expériences de l'équipe montrent comment un ensemble de différences génétiques chez les patients atteints de trouble bipolaire peut conduire à un dysfonctionnement physiologique spécifique des connexions des circuits neuronaux, ou synapses, dans le cerveau.
  • "Il est rare que des personnes aient pu associer des mutations génétiquement associées à un risque accru de troubles mentaux au dysfonctionnement cellulaire sous-jacent", a déclaré Nedivi, auteur principal de l'étude en ligne sur Molecular Psychiatry ."Pour le trouble bipolaire, cela pourrait être la seule et unique."
  • Les chercheurs ne suggèrent pas que les variations de SYNE1 liées à la CPG2 soient "la cause" du trouble bipolaire, mais qu’elles contribuent probablement de manière significative à la susceptibilité à la maladieIls ont notamment constaté que parfois, des combinaisons de variants, plutôt que des différences génétiques uniques, étaient nécessaires pour qu'un dysfonctionnement significatif apparaisse dans les modèles de laboratoire.
  • Au cours des années d'études fondamentales sur les synapses, Nedivi a découvert la CPG2, une protéine exprimée en réponse à l'activité neurale, qui permet de réguler le nombre de récepteurs du glutamate, un neurotransmetteur, au niveau des synapses excitatrices. La régulation des nombres de récepteurs du glutamate est un mécanisme clé pour moduler la force des connexions dans les circuits cérébraux. Lorsque des études génétiques ont identifié SYNE1 comme un gène de risque spécifique au trouble bipolaire, l'équipe de Nedivi a reconnu l'opportunité de mieux comprendre les mécanismes cellulaires de ce trouble neuropsychiatrique dévastateur caractérisé par des épisodes récurrents de manie et de dépression.
->"Nos résultats montrent une corrélation spécifique entre les faibles niveaux de CPG2 et l'incidence du trouble bipolaire qui n'est pas partagée avec les patients atteints de schizophrénie ou de dépression majeure", ont écrit les auteurs.->Les résultats montrent comment les variations génétiques associées au trouble bipolaire perturbent les niveaux et la fonction d'une protéine essentielle à l'activité synaptique et donc à la santé des connexions neuronales. ->Il reste à montrer comment ces déficits cellulaires se traduisent par un trouble bipolaire


  • Le laboratoire de Nedivi prévoit de mener d'autres études, notamment pour :

  1. évaluer les implications comportementales des variantes, 
  2. examiner de plus près comment les variantes affectent le cycle du récepteur du glutamate et s'il existe des moyens de le corriger. 
  3. poursuivre ses recherches sur des échantillons humains afin d’obtenir une vision plus complète de la manière dont des combinaisons spécifiques de variants affectant CPG2 sont liées au risque et à la manifestation de la maladie.





































Commentaires

10 Articles les plus consultés en 2018