"Traitez vos pensées négatives comme des petits voyous qui chercheraient à vous intimider ..." (Livre S.Hayes, thérapie ACT)

Une grande partie de nos pensées sont des interprétations de la réalité et non seulement des descriptions. Elles sont la cause d'une grande partie de nos souffrances. Selon l'un des fondateurs de la thérapie ACT,  S.Hayes, et Spencer Smith, il faut réaliser une défusion cognitive entre les 2, de la façon qui nous est le plus adaptée. Beaucoup de techniques possibles de défusion, il en dresse une liste possible avec des métaphores : nos pensées vues comme des voyous, des petits monstres ou  des fenêtres publicitaires intempestives sur internet....

 "Traitez vos pensées comme des petits voyous qui chercheraient à nous intimider. N'hésitez pas à leur parler vertement, après tout, qui est le chef ? "
ou/et "Considérez vos expériences effrayantes comme des montres à bord d'un bus que vous conduisez. Est-il possible de continuer à conduire au lieu de leur obéir ou de leur demander de descendre ?"
ou/et "Considérez vos pensées négatives comme un téléphone portable que vous n'arrivez pas à éteindre et qui vous dirait "allo, c'est le mental, tu sais qu'il serait temps, de t'inquiéter là ?"
ou/et "Considérez vos pensées négatives comme autant de fenêtres intempestives sur internet (pop up mentaux)"
...etc une vingtaine de métaphores figurent dans le livre et on peut créer ses propres techniques de définition : "Commencez par une pensée contre laquelle vous luttez notez-là... à présent imaginez un contexte où il n'y aurait ni à croire ces mots, ni les mettre en doute, mais seulement à les remarquer....".

C'est toute la différence entre "penser" et "croire ses pensées".
Mais si je ne suis pas mes pensées qui suis-je ? il faut prendre conscience de ses autoconceptualisations, devenir un moi-observateur...le livre amène tout naturellement à la pratique de la mindfullness...


A lire dans :

"Penser moins pour être heureux, ici et maintenant, accepter son passé, ses peurs et sa tristesse " 
Vous êtes souvent envahi par des souvenirs douloureux, des pensées négatives, des émotions désagréables. Votre réflexe consiste alors à lutter contre le malaise : vous essayez de ne plus y penser, vous tentez d'évacuer le problème... Et si vous décidiez plutôt de quitter le champ de bataille intérieur ? 





Commentaires

Articles les plus consultés