Selon un rapport du Lancet : 13,5 millions de vies pourraient être sauvées chaque année si l'on s'attaquait à la maladie mentale (Atlantico,11 octobre 2018)



Atlantico rapporte que les experts médicaux diagnostiquent une crise internationale sans précédent :  Selon un rapport du Lancet, 13,5 millions de vies pourraient être sauvées chaque année si l'on s'attaquait à la maladie mentale (article du 11 octobre 2018).
Jean-Paul Mialet est psychiatre, ancien Chef de Clinique à l’Hôpital Sainte-Anne et Directeur d’enseignement à l’Université Paris V. Il a répondu aux questions du site d'info Atlantico, dont il est un contributeur régulier. 

Selon lui : 

« L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) note également que dans des pays comme les Etats Unis et le Royaume uni, le suicide est une des principales causes de mortalité et il tue plus que les cancers digestifs, les cancers du sein et la cirrhose. »
« Une chose est certaine : on parle bien peu des dommages engendrés par les troubles mentaux, alors qu’ils représentent une des plus grandes sources de souffrance et de mort. Reconnaissons que, parmi les grandes causes que soutiennent les medias en faisant appel à la solidarité et à la compassion, les maladies mentales figurent bien peu. Certes, les choses évoluent et l’autisme a fait depuis quelques temps une timide apparition. Mais on le présente souvent sous l’angle flatteur du surdoué inadapté, une version hélas rare de ce défaut que manifestent certains enfants à s’inscrire dans la réalité. »
« De même, le trouble bipolaire est depuis quelques temps très à la mode, sans doute du fait de son côté spectaculaire. Les troubles anxieux et obsessionnels sont l’objet de mises en scène amusantes plus que de vrais débats. Quant à la schizophrénie, elle peut inspirer des écrivains (le Roquentin de Sartre, par exemple) mais elle représente une affection trop étrange et inquiétante pour susciter l’attention des medias. »
« Ainsi, d’une façon générale, les troubles psychiatriques tendent à être ignorés par l’ensemble des « bien portants ». Et cela peut expliquer qu’on ne s’attaque pas à la maladie mentale en y mettant tous les moyens, comme l’indique le rapport du Lancet. En fait, la maladie mentale est en permanence l’objet d’un paradoxe : elle n’existe pas – au regard des maladies physiques – ou bien elle existe trop – et l’on ne voit alors que des « fous » que l’on rend responsable (bien injustement) de tout ce qui paraît incompréhensible. Au total, la psychiatrie existe davantage comme une menace à l’ordre public que comme une souffrance – un mal : elle est une parente pauvre de la médecine. » 

En France, nous sommes 2 millions à vivre avec un trouble psychique grave. Selon l'Observatoire du suicide, 8 885 personnes se sont donnés la mort en 2014 (10 000 en incluant ceux pour lesquels il existe une « très forte certitude », mais pas de certificat).
Atlantico.  

o   Défaut de prise en charge ?

Jean-Paul Malet : « Il est possible qu’en effet, on distribue trop de traitements psychotropes à des patients qui n’ont besoin que d’un peu d’écoute, de temps et d’attention. Mais, surtout, on sait mal soigner les malades profonds. Et on laisse se creuser des plaies qui, prises à temps, auraient pu être plus facilement soignées. »
« Ce manque d’intérêt de la plupart des médecins pour la psychiatrie, joint au regard prudent qu’ils jettent sur les psychiatres, est encore aggravé par la réticence qu’ils pressentent chez leur patient. Beaucoup craignent de fait qu’orienter un patient chez un psychiatre soit considéré comme insultant (« Je ne suis pas fou ! ») et conduise le patient à quitter son médecin. »

o   Qualité des services en santé mentale :

Jean-Paul Malet : « La psychiatrie est moins exigeante en moyens techniques, mais elle coûte cher en moyens humains : il faut des centres de soins, des équipes qui puissent accompagner longuement certains patients fragiles. Et il faut savoir donner à ces patients ce qui aujourd’hui compte plus que tout : du temps. Nous oublions quelle priorité elle représente, tant en termes de soulagement de la souffrance qu’en terme de pertes économiques, du fait des répercussions des troubles mentaux sur l’activité professionnelle.  »

o   La recherche en santé mentale :

Jean-Paul Malet : « Il faut favoriser les recherches interdisciplinaires. La psychiatrie est une médecine à part : c’est une médecine de l’âme ! Or l’âme est à l’intersection du biologique, du psychologique et du sociologique. Pour le moment, ce sont les recherches neurobiologiques qui l’emportent. 

o   Quels sont encore les secteurs qui nous échappent ?

Jean-Paul Malet : « Et puisque vous me demandez ce qui nous échappe, apprenez que la psychiatrie familiarise avec un grand mystère, mal compris aujourd’hui où l’on veut à tout prix une explication à tout comportement : le mystère du passage à l’acte. Parmi les déprimés qui ne se suicident pas – ils sont heureusement les plus nombreux - certains, qui ont frôlé de très peu le suicide, reviennent sur le moment où ils ont failli faire le grand saut et s’étonnent : pourquoi la vie l’a-t-elle emporté sur la mort, à ce moment précis où il ne leur restait qu’un pas à faire ? L’opacité de l‘instant décisif, -pour le patient troublé comme pour l’homme « normal » - : voilà qui risque de nous échapper pendant longtemps encore. »





Commentaires

Articles les plus consultés ces 30 derniers jours :