Dépression, la protéine de l'espoir (Fondation Fondamental, 7 mai 2018)



Illustration
Un espoir pour les personnes souffrant de dépression, provenant des résultats d'une collaboration entre plusieurs équipes du réseau de la Fondation FondaMental, publiés dans la revue scientifique Nature Medicine.

Les chercheurs ont travaillé sur la protéine Elk-1, qui joue un rôle important dans la modification des émotions et du comportement. Les variations de son taux dans le sang sont liées à la gravité de la maladie et à la réponse aux traitements. Cela « permet de définir Elk-1 comme un biomarqueur sanguin facile à suivre au cours du temps », précise dans un communiqué le docteur Raoul Belzeaux (AP-HM, Institut de neurosciences de la Timone). « Cette protéine pourrait être un bon indicateur du pronostic de la dépression et aider à la décision thérapeutique telle que le changement de traitement anticipé pour éviter l'échec thérapeutique. »

La voie ouverte à de nouveaux médicaments

En plus de l'identification d'un marqueur biologique impliqué dans la dépression, ces travaux ont permis de tester, chez l'animal, l'efficacité d'un nouveau traitement, qui a fait l'objet d'un dépôt de brevet. Cette découverte repose sur un mode d'action totalement différent de celui des antidépresseurs actuels. « Là où les antidépresseurs habituels agissent à l'extérieur de la cellule pour modifier l'information qu'elle reçoit, l'inhibiteur de Elk-1 agit à l'intérieur de la cellule pour modifier la façon dont l'information est traitée », explique le docteur Eleni Tzavara, directrice de recherche à l'Inserm et spécialiste des maladies psychiatriques, qui a dirigé ce travail. Cette stratégie alternative est d'un intérêt décisif pour le développement de nouveaux médicaments... et un nouvel espoir pour s'attaquer au « cœur » de la dépression.

"Nous avons identifié une stratégie thérapeutique qui agit "au coeur" de la dépression". Eleni Tzavara

Eleni Tzavara (directrice de recherche Inserm, Neurosciences Paris Seine, IBPS - Inserm-CNRS-Sorbonne Université) et le Dr Raoul Belzeaux (psychiatre au sein de l'Assistance Publique Hôpitaux de Marseille, chercheur à l'Institut des Neurosciences de la Timone, Aix-Marseille Université).

Source : fondation-fondamental.org/depression

Commentaires

Articles les plus consultés ces 30 derniers jours :