Mon trouble bipolaire me donne envie de dépenser de l'argent que je n'ai pas (Site américain self.com, 9/04/2018)

93 pour cent des personnes ayant un problème de santé mentale disent qu'ils dépensent plus lorsqu'ils ne se sentent pas bien d'après une étude parue sur moneyandmentalhealth.org.

Le site Self.com est un site qui s'intéresse au bien être en général, destiné au grand public.

Il publie cette semaine un témoignage d'une personne ayant un trouble bipolaire, parvenu à identifier, analyser, gérer ses dépenses impulsives - très analytique, malin et porteur d'espoir :   

" Beaucoup de gens font des achats mal avisés. C'est probablement pourquoi il y a tellement de tapis roulants (de sport)  à peine utilisés dans les sous-sols des familles. Mais pour moi et beaucoup d'autres vivant avec le trouble bipolaire, les achats impulsifs peuvent aller trop loin.
Le trouble bipolaire est un trouble cérébral caractérisé par des changements parfois drastiques de l'humeur et des niveaux d'énergie. Les personnes atteintes du diagnostic peuvent traverser des périodes d'humeur extrême, à la fois haute et basse, qui peuvent durer des semaines ou des mois et qui sont entrecoupées de périodes de sentiment de normalité.Parfois, nous éprouvons des bas dépressifs qui peuvent considérablement réduire notre motivation et notre enthousiasme pour la vie. À l'autre extrémité du spectre, nous pouvons entrer dans les phases de ce que l'on appelle la manie ou l'hypomanie, souvent caractérisées par une énergie élevée et des sentiments d'euphorie totale.
Dans mon expérience, la manie est comme avoir une vision élastique de la réalité, où les limites régulières semblent négociables, y compris l'équilibre dans mon compte bancaire.
La manie peut se manifester de différentes manières selon la personne. Un symptôme commun pour moi est d'entrer dans l'idée que j'ai plus d'argent que ce que j'ai vraiment, ce qui peut conduire à des dépenses excessives. Au cours d'un épisode maniaque, les personnes atteintes de trouble bipolaire peuvent avoir une estime de soi gonflée, moins d'envie de dormir, et elles peuvent être facilement distraitesSelon l'American Psychiatric Association, ils pourraient aussi être plus enclins à adopter un comportement à risque - et pour certains, cela inclut les dépenses impulsives.Les gens qui éprouvent de la manie achètent parfois des choses qu'ils ne peuvent pas se permettre ou achètent trop de choses. D'autres peuvent faire des investissements risqués, jouent imprudemment, ou font des dons excessifs.Bien sûr, les problèmes d'argent ne sont pas exclusifs aux personnes atteintes de trouble bipolaire; mais les personnes ayant toutes sortes de problèmes de santé mentale sont plus susceptibles d'avoir des difficultés financières que d'autresDans une enquête menée par l'Institut des politiques de santé de l' argent et mentale (à but non lucratif, mis sur pied pour aider les gens à comprendre le lien entre les difficultés financières et la santé mentale), auprès de 5.500 personnes ayant des problèmes de santé mentale allant de l' anxiété et la dépression à un trouble de la personnalité borderline,.. 93 pour cent des répondants ont dit qu'ils dépensaient plus lorsqu'ils ne se sentaient pas bien.Avant que je sois diagnostiqué avec un trouble bipolaire, j'ai pris la décision soudaine d'aller en France avec mon petit ami, malgré le fait que je n'avais pas les fonds pour passer un voyage si glamour.J'ai vécu en Australie à l'époque et j'étais étudiant à temps plein à l'université, alors le coût du transport aérien était exorbitant pour quelqu'un dans ma situation financière. J'espérais aussi faire le voyage au milieu de l'année scolaire, malgré le fait que j'avais beaucoup de travail à faire. J'avais le très fort sentiment que tout - l'argent, mes études - marcherait d'une manière ou d'une autre. Mais ce qui était le plus important était pour moi d'aller en France. Cela ne semblait pas être un plan irréaliste - l'univers me voulait là-bas. Je devais y aller. Le reste était juste des détails.Mes pensées à cette époque étaient couplées à d' autres comportements souvent associés à la manie: je dormais à peine ou mangeais, je parlais trop vite, et je passais beaucoup de temps à convaincre mes amis de sortir avec moi parce que l'idée d'une nuit tranquille moi. Je travaillais constamment sur un projet créatif aléatoire ou j'essayais d'apprendre le français.Alors, à 20 ans et en tant qu'étudiant avec un emploi à temps partiel à bas salaire, j'ai eu une carte de crédit et je suis allé en France. Mais au moment où je suis arrivé, je n'étais plus maniaque. J'aimais être là, mais j'avais maintenant une idée plus claire et je commençais à penser rationnellement à toutes les choses que je n'avais pas envisagées auparavant. L'inquiétude et le regret s'installent.La France était de loin le plus gros achat d'impulsion que j'ai fait. Mais pour moi, la manie et les dépenses excessives vont de pair même à plus petite échelle. Parfois mes achats sont une façon de vivre des idées fantaisistes. Par exemple, la dernière fois que j'ai été maniaque, j'ai acheté une radio CB pensant que ce serait génial de transformer les ondes radio invisibles autour de moi en un langage significatif. Je l'ai utilisé une fois.En général, j'ai tendance à acheter beaucoup de petits bijoux et bijoux que je pense être des porte-bonheur ou des amulettes. Je fais principalement mes achats en ligne car c'est facilement accessible et disponible à toute heure, parfait pour quand je me retrouve éveillé au milieu de la nuit.Les conséquences des dépenses maniaco-démesurées peuvent être dévastatrices. Parfois, quand je pense à certaines des choses que j'ai achetées, je grimace d'embarras et de culpabilité.Dans une étude qualitative menée par des chercheurs de l'Université de Southampton l'an dernier, des participants à l'enquête ont signalé avoir utilisé des cartes de crédit et vendu des biens pour alimenter leurs achats, ce qui s'est traduit par des dettes de plusieurs milliers de dollars. Les personnes interrogées ont également déclaré que les problèmes financiers causés par les épisodes de dépenses maniaques ont aggravé l'anxiété et provoqué des crises de dépression et même des pensées suicidaires.Cela n'a jamais été aussi néfaste pour moi, mais mes économies ont diminué et j'ai du rembourser mes dettes de carte de crédit sur un certain nombre d'années. J'avais l'impression d'être constamment en train d'alterner entre dévier et essayer de remettre ma vie sur les rails.Mes cycles de manie et de dépression devenaient si épuisants que je ne pouvais plus les ignorer. En 2013, j'ai finalement consulté un psychiatre et on m'a diagnostiqué un trouble bipolaire à l'âge de 23 ans.Depuis que je suis diagnostiqué, je suis mieux à même de prédire les moments où je suis plus susceptible de dépenser trop et de développer des astuces pour rendre plus difficile de dépenser impulsivement.Les choses se sont améliorées, et j'ai trouvé des méthodes de traitement qui fonctionnent pour moi - une thérapie, une pratique régulière du yoga et de la méditation, et des médicaments - m'a conduit à avoir des épisodes maniaques moins nombreux et moins graves.Pour préparer les futurs épisodes, je prends de petites mesures préventives (mais importantes), comme ne jamais enregistrer les détails de la carte de crédit sur mes navigateurs Internet et désactiver les options de paiement en un clic sur les sites Web. J'ai appris à faire attention à mes sentiments et à mes habitudes de sommeil et à reconnaître quand je risque de basculer dans la manie, ce qui me permet de mettre en place des stratégies pour court-circuiter les dépenses excessives, comme éviter les centres commerciaux..., et ne vais pas faire les courses moi-même.Quand je rencontre de fortes impulsions et que je me sens plus riche que je ne le suis, il est difficile de le contrôler - mais ce n'est pas impossible.Un exercice mental qui m'aide à contrôler mes dépenses,  faire une pause et de me rappeler de mes valeurs: les choses qui sont importantes pour moi, peu importe ce que je ressens, les objectifs et les aspirations que je poursuis à long terme. La sécurité financière et l'accession à la propriété éventuelle ont des places dans mon avenir; la dette n'en a pas.Donc, quand je reconnais que je me sens trop exubérant, j'ai commencé à prendre une pause et à me demander: est-ce que cet objet est vraiment ce que je veux? Si je me concentre sur mes objectifs, je peux me replonger dans la réalité.Avec le soutien de ceux qui m'entourent, je peux m'exercer à être scrupuleux et honnête avec moi-même. Et chaque fois que j'y parviens, je me montre à moi-même, que ce n'est pas parce que j'ai une impulsion que je dois agir. Cela ne s'est pas produit du jour au lendemain, mais avec le temps, j'ai appris que j'ai encore du pouvoir sur moi-même, même avec ma maladie."

Source américaine : self.com

Commentaires

Articles les plus consultés