Est-ce que Big pharma manipule le DSM et donc la psychiatrie américaine ? Les grands dossiers des S.H n°50, mars-avril-mai 2018


Le dernier numéro de la revue S.H est sorti, il comporte un grand dossier sur "la psychologie en débat". Steeve Demazeux, maître de conférence en philosophie à l’université de Bordeaux-III, déjà l'auteur de "Qu'est-ce que le DSM ? Genèse et transformation de la bible américaine de psychiatrie (Ithaque 2013), y publie un article au sujet de big pharma :

"DSM et big pharma : le grand complot ?"
Ou comment la psychiatrie américaine et  l'industrie pharmaceutique travaillent-elles main dans la main pour fabriquer des maladies mentales ? Et écouler des médicaments au mieux inefficaces, au pire dangereux ? 

Qu'est-ce que big pharma ?

- l'expression s'est imposée dans la langue anglaise dans les années 90, sur le modèle de big oil ou big tobacco, pour désigner et diaboliser ces puissantes multinationales qui dominent le marché mondial du médicament.
- loin d'être au service des patients, le lobby pharmaceutique serait une entité secrète, qui chercherait à créer de nouvelles maladies pour s'enrichir. Il y a même une entrée Wikipédia : Théorie du complot de Big Pharma

Pour Steeve Demazieux, tenter d'évaluer la responsabilité générale du DSM dans l'inflation des diagnostics psychiatriques et la surconsommation médicamenteuse n'est pas chose aisée. Pour lui, il ne faut pas tomber ni dans l'angélisme, ni dans le complotisme. Mais, il ne faut pas être naïf non plus.

Qu'est-ce que le DSM ?

Pour tenter d'y voir plus clair, S. Demazieux, fait l'historique de l'inventaire des maladies mentales :
- DSM I : 1952
- DSM II : 1968

Ces DSM n'ont pas été manipulés par l'industrie pharmaceutique, car à l'époque le DSM n'était qu'un outil administratif peu utilisé par les chercheurs.

C'est à partir de 1980 et du DSM III que les choses changent, dans le bon sens dans un premier temps, le DSM contribuant notamment à imposer de nouvelles normes scientifiques.

-DSM III : 1980
-DSM IV : 1994 (IV TR en 2000)
-DSM V : 2013    

Ensuite en 2006, a été révélée l'ampleur des liens d’intérêt entre les experts de la DSM IV et l'industrie pharmaceutique. L'APA éditrice du DSM a donc pris des mesures fortes en matière de transparence (déclaration des liens d'intérêt obligatoire pour chaque membre participant à l'écriture du DSM). Il fallait aussi renforcer la crédibilité scientifique, un comité de supervision scientifique a été créé.

Le DSM IV aurait contribué à deux fausses épidémies, notamment la fausse épidémie de troubles bipolaires chez les enfants autour des années 2000 : leur nombre a été multiplié par 40 en 15 ans. (Cf. Scandale de 2008 Biederman-Edwin-Spencer).

En France, le DSM n'a jamais eu l'autorité scientifique ni administrative qu'il a aux Etats-Unis.
Les firmes du secteur y sont puissantes, mais leurs activités sont encadrées (les Etats unis sont quasiment le seul pays au monde où la publicité pour les médicaments à l'attention des patients/consommateurs est autorisée, même pour les médicaments avec ordonnance).

Et pourtant en France, la consommation des psychotropes est parmi la plus élevée au monde, un "french paradox", dont on ne saurait rendre compte simplement en se référant à ces entités lointaines et anonymes que sont big pharma ou le DSM ..." conclut S. Demazieux.

Source française S.H mars-avril-mai 2018

Commentaires

Articles les plus consultés