SOS SUICIDE PHENIX : Le suicide parlons-en

Le suicide en France

10 371 personnes sont décédées par suicide en 2010, soit 27 suicides par jour. Plus de 700 personnes tentent de se suicider tous les jours, soit 250 000 personnes chaque année.1 décès sur 50 est un suicide.
Le suicide est la 8ème cause de décès après les tumeurs, les maladies cardiovasculaires, les accidents, Alzheimer, l’infarctus, des causes inconnues ou non précisées, la Pneumonie-Grippe.
Bien que le taux de suicide baisse très légèrement depuis 20 ans, la France reste un des pays européens où le taux de suicide est le plus élevé : 16,4, soit plus de2 fois plus qu’en Italie ou qu’en Espagne. La France est le pays le plus touché, avec la Finlande, par le décès par suicide des hommes de plus de 65 ans.

Le suicide tue trois fois plus que les accidents de la circulation. 60 000 familles sont endeuillées chaque année par le suicide.«SOS Suicide Phénix est une passerelle entre les personnes en souffrance et l’offre de soin en santé. Nos associations ont pour objectif de restaurer un lien social distendu. Ce sont des espaces de paroles pour rompre l’isolement et ne pas rester seul face à sa souffrance morale». Mario Galena, Président de la Fédération, 2012
La Fédération SOS Suicide Phénix France a pour but la PREVENTION du suicide et la PROMOTION des actions de prévention en complémentarité avec les acteurs du champ médico-social.
Elle regroupe dans ses six associations adhérentes (Ile de France-Paris (1978), Rhône-Alpes-Lyon (1983), Aquitaine-Bordeaux (1984), Auvergne-Clermont-Ferrand (1987), Haute-Normandie-Le Havre (1991), PACA- Nice (1994) une équipe d’une centaine d’écoutants formées et expérimentées.
Les associations SOS Suicide Phénix ont pour mission de PREVENIR le suicide en restaurant le lien social par une ECOUTE de qualité et un ACCUEIL inconditionnel dans le respect de la confidentialité et de l’anonymat, tel que défini dans la charte de la fédération établie avec les associations adhérentes. L’écoute et l’accueil s’adressent à « toute personne en détresse qui pense mettre fin à ses jours ou qui soit concerné par la problématique du suicide, dans sa famille ou dans son entourage. », Extrait de l’article 1 de la Charte.

LA PRÉVENTION DU SUICIDE

Le suicide est l’affaire de tous, nous pouvons tous être des acteurs de la prévention du suicide, et ceci à différents niveaux.
Lever le tabou autour du suicide en France est encore d’actualité. En parler c’est déjà revivre, tel est le leitmotiv de SOS Suicide Phénix.
Un mal-être passager au départ qui devient durable peut être la cause d’un suicide, une souffrance qui s’installe et qui devient insupportable aussi. Il est souvent difficile de partager son ressenti de détresse et son désir de mourir sans être stigmatisé ou sans éprouver un sentiment de honte.
L’entourage, les proches sont souvent déroutés, impuissants, dans l’incapacité d’entendre et de communiquer sur la souffrance de l’un des leurs.
La personne suicidaire se sent souvent incomprise.
Une écoute de son ras le bol, de sa difficulté à faire face aux accidents de la vie et de ses angoisses, reconnaître son désir de ne plus souffrir permet à la personne de ne plus se sentir seule et de commencer à percevoir d’autres solutions que le suicide pour sortir d’une situation devenue une impasse.

Le suicide est multifactoriel mais c’est un évènement de plus (un facteur déclencheur), ‘la goutte qui fait déborder le vase, qui amène une personne à vouloir se suicider.
Les facteurs déclencheurs d’un mal-être, d’une grande souffrance peuvent être l’apparition d’une maladie, une rupture sentimentale, un traumatisme, un stress durable, la consommation de produit psychoactif, un décès, la perte d’autonomie chez le sujet âgé, etc…
La dépression est à l’origine de la plupart des cas de suicide.

Commentaires

Articles les plus consultés ces 30 derniers jours :