La fonction neurocognitive améliorée après 1 an de traitement dans le trouble bipolaire I non récidivant (NCBI : Centre national d'information sur la biotechnologie, Etats Unis, 11,2017)

Les patients atteints de trouble bipolaire I (BD I) sans rechute après 1 an du premier traitement ont amélioré les symptômes et la neurocognition et ont montré des améliorations dans le fonctionnement global et professionnel, selon une étude publiée dans les troubles bipolaires .
Les 42 patients en première intention pour lesquels la BD I était admissible à l'étude provenaient d'unités psychiatriques internes et externes des principaux hôpitaux d'Oslo, en NorvègeLes patients ont complété les évaluations cliniques et neurocognitives à la fois de base et de suivi d'un an. Au cours de la période de suivi d'un an, 24 patients (57,1%) ont présenté une rechute, définie comme un ou plusieurs épisodes d'humeur maniaque ou dépressive; 18 patients (42,9%) n'ont pas présenté de rechute de l'humeurLes améliorations globales du fonctionnement neurocognitif dans le groupe sans rechute ont atteint un niveau similaire à celui des témoins sainsLes patients qui ont connu une ou plusieurs rechutes au cours de cette année n'ont pas montré autant d'amélioration.
Les patients sans rechute ont amélioré plus que les patients qui ont rechuté et contrôlés dans le fonctionnement neurocognitif global et dans 2 sous-catégories: l'apprentissage verbal et la mémoire et l'attention et la mémoire de travailAu cours de la même période de suivi de 1 an, le groupe de rechute a diminué la capacité de fonctionnement exécutif par rapport au groupe témoin, tandis que le reste de leurs capacités cognitives reste à peu près le mêmeLa majorité des épisodes de rechute étaient dépressifs.


Les chercheurs ont également évalué si le fonctionnement neurocognitif global était associé à des symptômes dépressifs et des symptômes psychotiques et à l'apprentissage verbal et à la mémoire. Ils ont constaté qu'ils sont tous améliorés dans le groupe sans rechute avec une réduction des symptômes généraux, y compris les symptômes dépressifs, maniaques et psychotiques. L'absence de symptômes aigus ou résiduels dans le groupe sans rechute pourrait expliquer en partie leur gain de performance neurocognitive. De même, le manque d'amélioration dans le groupe qui a connu une rechute pourrait être causé par leurs symptômes de dépression et de manie au suivi.
Les chercheurs notent qu'un plus grand pourcentage de patients qui n'ont pas rechuté se sont vus retirés les médicaments antipsychotiques au cours de la période de suivi par rapport au pourcentage de patients qui ont rechuté. Un pourcentage significativement plus élevé du groupe sans rechute était également employé ou à l'école au moment du suivi d'un an.
Les chercheurs notent que la taille relativement petite de l'échantillon et le taux d'attrition limitent leur étude. Ils préconisent de futures études avec des échantillons de plus grande taille et des périodes de suivi plus longues pour élucider les effets de multiples épisodes de rechute et des niveaux accrus de symptômes sur la fonction neurocognitive et les résultats fonctionnels.
Référence

Commentaires

Articles les plus consultés ces 30 derniers jours :