L'Armée de terre américaine lève l'interdiction de renoncer aux recrues ayant des antécédents de problèmes de santé mentale (USA Todays, 11,2017)

Les personnes ayant des antécédents d '«automutilation», de trouble bipolaire, de dépression et d'abus de drogues et d'alcool peuvent maintenant demander des dérogations pour adhérer à l'armée en vertu d'une politique non annoncée adoptée en août, selon des documents obtenus par USA TODAY.

La décision d'ouvrir le recrutement de l'armée aux personnes souffrant de problèmes de santé mentale est motivée par l'objectif ambitieux de recruter 80 000 nouveaux soldats jusqu'en septembre 2018. Pour atteindre l'objectif de 69 000 l'an dernier, l'armée a accepté plus de recrues. le nombre de dérogations accordées pour l'utilisation de la marijuana et offert des centaines de millions de dollars en primes. Le problème soulevé par les psychiatres est que les personnes ayant des antécédents de problèmes de santé mentale, c'est que ceux-ci sont plus susceptibles de efaire surface que celles qui ne le sont pas.

Alors que le trouble bipolaire peut être maîtrisé avec des médicaments, l'auto-mutilation - où les gens tranchent leur peau avec des instruments tranchants - peut signaler des problèmes de santé mentale plus profonds.

Si l'automutilation se produit dans un contexte militaire, cela peut perturber une unité : un soldat entaillant sa propre peau peut entraîner du sang sur le sol, l'hypothèse d'une tentative de suicide et le besoin éventuel d'évacuation médicale d'une zone de guerre ou d'un autre endroit austère peut se poser.

Beaucoup de «cas méritoires» ont été trouvés disqualifiés en raison des événements qui s'étaient produits quand ils étaient de jeunes enfants.

L'Armée n'a pas répondu à la question du nombre de dérogations, le cas échéant, qui ont été émises depuis que la politique a été modifiée. Les données rapportées par USA AUJOURD'HUI en octobre montrent comment l'armée a atteint ses objectifs de recrutement en acceptant plus de recrues légèrement qualifiées.

Au cours de l'année fiscale 2017, l'armée active a recruté près de 69 000 soldats et seulement 1,9% appartenait à la catégorie quatre (catégorie dans laquelle on range les troupes qui obtiennent les moins bons résultats aux tests d'aptitude militaire). En 2016, 0,6% des recrues de l'Armée provenaient de la catégorie quatre. Le Pentagone exige que les services n'acceptent pas plus de 4% des cours de recrutement de la catégorie quatre.

Pas encore beaucoup de recul sur cette décision... 


Commentaires

Articles les plus consultés