J'ai donné à mon fils le trouble bipolaire (Site The Good Men Project, 27 octobre 2017)

Ce témoignage de  Joni Edelman, RN est apparu sur  Ravishly, un site d'information féministe et culturel. 

" Dans ses yeux, je vois du brun et orange, de petites taches d'or.  Je dois lever la tête pour les voir maintenant, tendant le cou pour rencontrer son regard; il me domine de 10 pouces. Il n'y a pas longtemps, il était petit, et peu de temps avant, il était un bébé, mais ses yeux étaient les mêmes, même alors. Quand je regarde dans ses yeux, je vois les miens. Et en eux, je vois  le trouble bipolaire, la maladie que nous partageons me revient.
Le trouble bipolaire est un malin. Cette maladie s'habille d'énergie débordante, de productivité sans fin, de talent. Et quand elle ne vous fait pas paraître exceptionnel, elle se cache, se cache derrière la dépression, le dégoût de soi, la prière pour la mort. Le trouble bipolaire n'est pas objectif, mais je peux le voir dans ses yeux. Je sais qu'il est là parce qu'il est là dans les miens aussi.
Sean l'a eu de moi.
Je l'ai eu de ma mère.
Elle l'a eu de sa grand-mère via le gène précédemment inexprimé de ma grand-mère. Une petite marque sur l'un de ses 23 chromosomes a contribué à toute l'affaire génétique. Une petite torsion dans le brin qui l'a épargnée (et les quatre autres enfants qu'elle portait) a atterri sur ma mère comme une tonne de briques. Elle l'a ensuite laissé tomber dans ma recette génétique, comme trop de sel dans un lot de biscuits aux pépites de chocolat ou trop peu d’œufs dans un lot de pâtes fraîches - trop de quelque chose, pas assez d'autre chose.
Je n'ai pas pensé que je le transmettrai à mes enfants. Je ne sais pas pourquoiPeut-être parce que j'étais si jeune quand ils sont nés, ou peut-être parce que j'étais juste égoïste et que je voulais une bande de bébés pour que je puisse créer la famille que je n'avais jamais eue. Je ne sais pas pourquoi je ne pensais pas que mes 23 chromosomes n'apporteraient pas les meilleures choses "à la table".
Et je l'ai transmis à Sean.
J'ai trois enfants qui sont assez vieux pour avoir fait : une dépression invalidante, une période d'hypomanie volant leur sommeil et leur capacité à raisonner, leur santé mentale... Mais il est le seul dont l'ADN a décidé d'exprimer cette marque malheureuse. Ça devait être un de mes bébés -  40% de chance .

La chose est que je savais qu'il était comme moi.

De presque la minute où il est né, il était comme moi. Ce n'était pas comme s'il était né fou,  il venait de naître  "plus" Plus de tout. Plus de colère. Plus de joie. Plus de toutParfois, il était plus que je ne pouvais gérer . Il était comme moi, ce qui le rendait plus facile à élever parfois, mais plus difficile dans la plupart des cas.
Parce qu'il est comme moi, je l'ai vu venir. Pas tout, pas tout à la fois. Mais un petit aperçu de ça ici et là. Son énergie maniaque avec les gens. Son comportement maussade à la maison. Sa capacité incroyable à accomplir n'importe quoi, ou rien, selon le jour. Je l'ai vu glisser lentement. Ses crises de colère comme un enfant en bas âge. Ses montagnes russes d'émotions en tant que pré-adolescent. Sa labilité continue à l'âge adulte, combinée avec les grands dons de talent et d'intellect, les malédictions de l'inutilité.
Alors quand sa petite amie m'a envoyé un texte effréné à 5 heures du matin un mardi matin, je n'ai pas été surprise. J'étais triste, mais je n'étais pas surpris. Sean était suicidaire. Elle ne savait pas quoi faire. Elle avait besoin de mon aide.
 Seulement, je ne savais pas quoi faire non plus.
Je sais ce que c'est que de vouloir mourir , ou du moins de cesser d'exister. Ce n'est pas tant que tu veux être mort, tu ne veux pas être iciJe connais ce sentiment parce que je l'ai eu. Ce que je ne sais pas, c'est comment le résoudre. Si vous ne pouvez pas résoudre quelque chose en vous-même, comment pouvez-vous espérer le comprendre et le résoudre chez quelqu'un d'autre?

Et si cette autre personne est votre enfant?

Et plus loin, que se passe-t-il si votre enfant le ressent parce que vous lui avez donné la même maladie que votre mère vous a donnée, que sa mère lui a donnée, et ainsi de suite?
Savez-vous ce que c'est que de regarder dans les beaux yeux bruns dorés de votre enfant, des yeux si semblables aux vôtres, si uniques avec leurs taches de vert et d'or, si vides du même vide que vous connaissez si bien?
Savez-vous ce que c'est de sentir, de savoir, que sa douleur est à cause de vous?
Les jours qui suivirent immédiatement le diagnostic de Sean, j'étais préoccupée par les idées suivantes : Le garder en sécurité. S'assurer qu'il était entouré et soutenu, en lui trouvant des soins psychiatriques adéquats. Ce n'est que lorsque j'ai eu le temps de respirer que j'ai pu examiner ce que ce diagnostic signifiait pour mon brillant et beau garçon.
Il n'était pas le gagnant de la loterie génétique : Oui, il était tout ce que tout le monde veut être, mais il était aussi mentalement malade, la chose que personne ne veut être.
Je lui ai dit que j'étais désolé. Je lui ai dit que ça irait. Et dans la voiture sur le chemin du retour de son premier rendez-vous psychiatre, je lui ai dit que tout n'était pas mauvais. Tu as été diagnostiqué tôt! Il y a tellement d'excellents médicaments! Si tu peux le gérer, le trouble bipolaire peut être un grand allié!
La réalité pour un jeune homme de 19 ans qui est sur le point de devenir un adulte, en essayant de trouver son chemin, est la suivante: le trouble bipolaire est un tournant dans la voie que vous ne pouvez plus suivre (de la même façon). J'ai dit ces choses parce que c'est ce que font les mamans ou ce que nous essayons de faire. Nous cherchons des moyens de guérir, de réparer, de guérir. Nous recherchons toute opportunité pour aider. Nous nettoyons la plaie, appliquons le bandage, embrassons le bobo, rendons tout meilleur.
Mais le trouble bipolaire n'est pas une égratignure au genou. Ce n'est pas une tentative ratée d'apprendre à faire du vélo. Ce n'est pas un bras cassé ou un cœur brisé. C'est une sorte de raté mental que l'amour ne peut réparer. C'est un tas de neurones confus qui ne peuvent pas être raisonnés. Ça ne va pas guérir*. Ça ne va pas aller mieux.
Quand votre tout-petit tombe de la balançoire et pleure, vous séchez ses larmes. Vous l'étreignez. En un rien de temps il est de retour au terrain de jeu, courant avec les autres enfants. La blessure est oubliée, la douleur est enfouie sous les rires et les cris de "pousse-moi plus haut!".

Mais si tu le poussais hors de la balançoire? Quoi alors?

C'est ce que ça fait. Sa douleur, sa maladie mentale, me reviennent tout de suite. Ce n'est pas un accident qui n'était la faute de personne. Il y a une faute. Et c'est la mienne .
Les gens disent "ne vous blâmez pas!"
Cela me semble toujours aussi drôle. Peut-être que drôle n'est pas le bon mot, ironique? Qui d'autre pourrais-je blâmer?
Ma mère? Sa mère? La mère de sa mère? La nature? Dieu? La chute de l'homme? Le café que j'ai bu quand j'étais enceinte? Du blé génétiquement modifié? Teinture rouge # 5?
Non, il n'y a que moi.
Je perds le sommeil en craignant qu'il me déteste, qu'il me déteste déjà, pour lui avoir fait ça. Je  m'inquiète sachant que son risque de suicide est déjà élevé parce qu'il est masculin et plus élevé maintenant parce qu'il est bipolaire. Je me demande et je pleure, espérant qu'il sera aimé par quelqu'un malgré sa maladie.
Rien de tout cela ne change cette vérité : il l'a eu. Il a un trouble bipolaire. Tout ce que je peux faire maintenant, c'est prendre sa main, le serrer et le soutenir pour qu'il trouve son chemin.
Je regarde dans ses yeux et je vois les miens. Je vois la douleur, la confusion et l'incertitude; Je vois le petit garçon que j'aime tant et l'homme que j'aime encore plus."
* On ne peut pas guérir stricto sensu, mais se rétablir.

Traduction française psy'hope.





Source américaine

Commentaires

Articles les plus consultés