J'ai besoin de faire un break d'avec le trouble bipolaire (de LaRae LaBouff, bloggeuse, 29.09.2017)


Article issu du blog "Bipolar laid Bar" (Bipolaire mis à nu), sur le site psychcentral.com.
LaRae LaBouff  vit au Maine avec son mari et son chien. Elle est photographe amateur et aime le voyage, la lecture, l'écriture et le roller derby. En raison de son expérience personnelle avec le trouble bipolaire, elle écrit actuellement ses propres expériences de vie à la fois avec Psych Central et sur son site personnel.
Dans cet article, elle explique que la lutte constante contre la maladie bipolaire la fatigue, quelle aimerait bien faire une pause, un break....
Traduction de l'article :
"Le trouble bipolaire affecte de 2 à 8% de la population, selon la façon dont vous le définissez. Cela entraîne des changements dramatiques dans l'humeur d'une personne de maniaque à dépressive. Ces changements ne sont pas prévisibles. Cela ne fonctionne pas comme une penduleUne personne peut avoir un épisode dépressif suivi d'un épisode maniaque, mais ils peuvent également avoir un épisode dépressif suivi d'un épisode dépressif avec un temps sans symptômes entre les deux. Le type d'épisode est imprévisible et la durée de l'épisode est imprévisible. C'est pourquoi le trouble bipolaire nécessite des soins et de la vigilance constants, et j'en suis fatiguée.
J'ai été diagnostiquée avec un trouble bipolaire il y a neuf ans après quatre années de diagnostic erroné. J'ai vraiment de la chance dans cette partie. Le temps moyen qu'une personne attend pour un diagnostic correct du trouble bipolaire est de 10 ans. C'est après qu'ils cherchent d'abord de l'aide, pas combien de temps cela prend après l'apparition des symptômes. Depuis lors, j'ai été traitée régulièrement, aussi inhabituel que beaucoup de personnes vont sans traitement pendant de longues périodes.
Un autre aspect positif de mon trouble bipolaire est que je suis assez efficace. Je peux prendre soin de moi. Je peux maintenir un emploi, bien que travailler à plein temps exacerbe beaucoup mes symptômes. Je n'ai pas trop de problèmes avec le fonctionnement cognitif. Je peux gérer mes propres finances sans trop d'impulsions. Mes relations sont solides et j'ai des passe-temps et je suis physiquement active.
Tout cela ressemble à ce que je fais très bien, et je le suis. Le problème est que même si j'ai réussi à vivre avec le trouble bipolaire, c'est toujours une lutte constanteIl y a des personnes atteintes d'un trouble bipolaire qui n'ont que des épisodes une fois tous les quelques ans. J'envie ces personnes. En revanche, j'ai un trouble bipolaire cycliste rapide, ce qui signifie que j'ai au moins quatre épisodes par an. C'est une quantité incroyable de temps que je passe à avoir à me battre juste pour vivre ma vie.
Je suis reconnaissante. Je sais qu'il y a beaucoup de personnes souffrant de trouble bipolaire qui n'ont pas une vie aussi facile que moi. Il y a des gens qui sont hospitalisés, des personnes dont les symptômes sont pires que les mines et les personnes qui ne peuvent pas chercher un traitement. Je reconnais cela. Mais, comme l'a dit un thérapeute une fois, la comparaison vers le bas ne fonctionne jamais. Juste parce que d'autres pire ne diminuent pas mes souffrances, et je souffre.
Je me souviens constamment de mon trouble bipolaireJe vois mon psychiatre une fois par mois. Je vois mon thérapeute toutes les deux semaines. Je prends mes médicaments tous les jours. Enfer, j'écris sur le trouble bipolaire deux fois par semaine. Cela me rend fatiguée.
Parfois, je suis tentée de tout jeter tout, de m'abandonner mes médicaments et d'ignorer le fait que je suis malade. Le problème est que cela ne fonctionne pas. Du tout. En fait, cela rendrait tout pire. Donc, il n'y a pas de pause. Ma seule option réelle est de continuer la façon dont j'ai été. Vivre la vie bipolaire idéale."

Commentaires

Articles les plus consultés ces 30 derniers jours :