Un nouvel antidépresseur non chimique très prometteur mis au jour par des chercheurs bordelais (Journal Sud-Ouest.fr, 17 septembre 2017)


Guillaume Lucas, chercheur en neurosciences à l’Inserm de Bordeaux, a mis au jour un nouvel antidépresseur non chimique utilisant la stimulation par électrodes, qui serait efficace plus rapidement que les antidépresseurs chimiques.

Pour l’instant, cela marche sur les rats, et encore, pas tous : les « pseudo-dépressifs ». Ainsi, on sait que leur état s’améliore avec un antidépresseur classique de type Prozac. 

Une stimulation électrique d’une zone particulière du cerveau, peut entraîner des effets antidépresseurs rapides et efficaces longtemps (méthode non invasive et a priori sans risque d’effets secondaires) selon Guillaume Lucas.

La stimulation électrique existe déjà, par la stimulation du cortex du cerveau, en continu, via une électrode placée dans le crâne, mais avec de graves effets secondaires.

Là, il s'agit de stimuler électriquement une autre région du cerveau, appelée « voie perforante », en vue d'améliorer l’efficacité de la neurotransmission de l’hippocampe», laquelle est une zone du cerveau responsable des émotions et de la mémoire.

La découverte est assez importante pour avoir fait l’objet d’une publication dans une revue scientifique anglaise prestigieuse, du groupe Nature.

Un neurocampus bientôt inauguré à Bordeaux
15 000 m² dédiés à la recherche sur le système nerveux et ses maladies, autour de deux volets : l’accompagnement d’équipes de recherche et la construction d’instituts. 




Source : sudouest.fr


Commentaires