Les troubles de l'humeur pourraient être le prix génétique que nous payons pour l'intelligence et la créativité (source : the guardian).



L'intelligence, la créativité et le trouble bipolaire peuvent partager la génétique sous-jacente. 

https://www.theguardian.com/science/2015/aug/19/intelligence-creativity-and-bipolar-disorder-may-share-underlying-genetics

Étude reliant le QI de l'enfant élevé avec des traits bipolaires plus tard dans la vie suggère que les troubles de l'humeur peuvent être le prix génétique que nous payons pour l'intelligence et la créativité.
  • "Notre étude offre une explication possible de la façon dont le trouble bipolaire peuvent avoir été sélectionnés à travers les générations", a déclaré Daniel Smith de l'Université de Glasgow, qui a dirigé l'étude.
  • "Il y a quelque chose sur la génétique qui sous-tendent le désordre qui sont avantageux. Une possibilité est que les troubles graves de l'humeur - comme le trouble bipolaire - le prix que les êtres humains ont eu à payer pour des traits plus adaptatifs tels que l'intelligence, la créativité et la maîtrise verbale ".
  • Les résultats sont cohérents avec des recherches antérieures qui suggèrent les individus avec une propension génétique accrue à un trouble bipolaire étaient plus susceptibles de présenter une gamme de capacités créatives, en particulier dans les domaines où la compétence verbale peut se révéler avantageuse, comme dans les rôles de la littérature ou de leadership.

Le génie des bipolaires. La folie douce predispose à l'intelligence.
  • Les troubles psychiques, notamment la bipolarité, se retrouvent plus fréquemment chez les gens disposant d’un quotient intellectuel et d’une créativité supérieurs à la moyenne. C’est une étude menée par une équipe écossaise qui permet de tirer cette conclusion. 
  • Daniel Smith, professeur à l’université de Glasgow et directeur de l’étude, a commenté ses résultats pour le journal anglais The Guardian : « Il y a quelque chose dans les gènes causant les désordres mentaux qui pourrait s’avérer un avantage. ». Pour lui, l’intelligence semble donc fleurir au-dessus d’une activité mentale instable. « Il est possible que de sérieux troubles du comportement, comme la bipolarité, soient le prix à payer pour disposer de qualités d’adaptation comme l’intelligence, la créativité et la maîtrise verbale ». La folie, vue comme décalage d’une personne par rapport à l’ordre social, peut donc aussi tracer des voies pour l’évolution humaine
Mais, avoir une maladie mentale ne fait pas de vous un génie...
https://www.theguardian.com/commentisfree/2015/jun/10/mental-illness-study-bipolar-disorder-creativity
  • Selon une derniere etude, ceux avec des facteurs de risque génétiques pour le trouble bipolaire et la schizophrénie sont 25% plus susceptibles d'être créatif. Les résultats, cependant, dépendent de la solidité de la science derrière ces facteurs de risque génétiques et, en fait, ce que l' on veut dire , même par «créatif».

Commentaires

Articles les plus consultés