L'art de la conversation, ça s'apprend : les 5 étapes pour des relations humaines et sociales harmonieuses...pour aider à lutter contre la phobie sociale, trouble souvent associé au trouble bipolaire.



Les conversations informelles représentent un rituel social essentiel qui aide à établir des connexions avec la famille, les amis, les collègues et les gens tout juste rencontrés. Mais l'art d'entamer, de poursuivre et de terminer une conversation demande de la pratique.
Une raison pour laquelle il est difficile de converser pour beaucoup de gens, explique le psychologue américain Bernardo Carducci (1), est qu'ils ont une conception selon laquelle la conversation serait quelque chose qui se produirait spontanément tout simplement. Alors que la capacité de converser peut sembler un talent inné, explique-t-il, il s'agit d'une compétence acquiseLa conversation a une structure et elle s'engage selon des règles, dit-il. Une fois que les gens connaissent la structure de base et les règles pour mener une conversation, établir un contact avec les autres peut devenir moins intimidant.
Selon son modèle, une conversation réussie peut être divisée en 5 étapes :


  1. Engager la conversation
    L'étape 1 consiste à signaler son désir de converser. La façon la plus facile de commencer une conversation, dit-il, est de faire un commentaire simple sur l'environnement que vous partagez avec l'autre personne à ce moment. Il peut souvent s'agir de la météo ("Fait-il assez chaud pour vous?"). Dans une soirée, cela peut être un commentaire sur le buffet, l'ambiance…
    Le but de cette entrée est de faire savoir aux autres que vous êtes prêt à faire la conversation et de vérifier s'ils sont disposés à vous parler, tout simplement. Il n'est donc pas nécessaire de faire preuve d'esprit ou d'être brillant. Un simple commentaire est tout ce qu'il faut.
  2. Se présenter
    La deuxième étape consiste, dans plusieurs contextes, à mentionner quelque chose sur soi-même. Il peut s'agir, par exemple, de dire votre nom (peut-être, selon le contexte, qui vous accompagnez) et de fournir de l'information sur votre occupation. La présentation idéale aide à faire avancer la conversation. Elle fournit quelques perches que l'autre pourra saisir pour enchaîner.
  3. Explorer des sujets de conversation possibles
    L'étape 3 consiste à lancer des sujets possibles et de soutenir l'autre lorsqu'il lance un sujet soit en posant une question ou en faisant un commentaire. À cette étape, les deux personnes recherchent des similarités et des points communs.
    Encore une fois, le point le plus important n'est pas de briller. Les personnes qui ont de la difficulté à converser pensent souvent qu'elles doivent dire des choses critiques, drôles ou brillantes, commente Carducci. Incapables de le faire, elles ne disent rien.
    Si l'autre ne répond pas à un sujet lancé, il ne faut pas le prendre comme un échec, dit-il. Deux ou trois tentatives peuvent être nécessaires avant de tomber sur un sujet qui déclenche une réponse.
  4. Elaborer en faisant des liens entre des sujets
À l'étape 4, il s'agit d'entretenir la conversation en faisant des liens entre les sujets. Par exemple: "Parlant de bonne bouffe, j'ai goûté récemment à une bonne cuisine des Caraïbes. As-tu déjà goûté?"
Ce sont souvent les échanges à cette étape qui rendent le fait de converser si plaisant, commente le psychologue.
Il est important de ne pas trop parler et de ne pas accaparer la conversation. Ne passez pas trop de temps centré(e) sur vos sujets préférés. Les personnes ayant peu d'habiletés peuvent penser qu'elles sont sociables parce qu'elles parlent beaucoup, dit Carducci. Mais elles risquent alors de dominer la conversation, en parlant à quelqu'un en général, plutôt qu'à quelqu'un en particulier.

    5. Terminer la conversation

    Finalement, l'étape 5 consiste à terminer la conversation en faisant savoir que vous allez bientôt y mettre fin (par ex.: J'ai bien aimé notre conversation mais je vais te laisser poursuivre ta soirée.). Exprimez une appréciation pour cette conversation. Soulignez un point qui vous a particulièrement intéressé pour montrer que vous écoutiez vraiment ("Merci pour la recommandation de film"). Si vous le souhaitez, et selon le contexte, créez une opportunité de converser ultérieurement ("Je vais parler à quelques autres personnes, mais peut-être pourrons-nous nous rejoindre plus tard et parler plus" ou "À tantôt peut-être.") ou de gardez le contact (offrir sa carte d'affaire et/ou demander à la personne si elle est sur Facebook).

    De la même façon, si vous n'appréciez pas vraiment la conversation, laissez la personne savoir que celle-ci va bientôt se terminer. Si la personne continue de parler, vous pouvez simplement dire "Je dois vraiment y aller" et quitter. Vous lui avez donner une occasion de terminer la conversation et elle ne l'a pas prise.

    Quelques conseils
    • Posez des questions (tout en évitant l'interrogatoire). Les gens aiment souvent parler d'eux-mêmes.
    • Encourager à poursuivre en résumant " alors tu penses que....".
    • Ne parlez pas trop de vous-même, ce qui peut parfois ennuyer.
    • Gardez en tête qu'échanger quelques idées n'implique pas nécessairement de les débattre. Il est souvent plus important d'aider les autres à bien se sentir dans la conversation que de tenir à exprimer ses opinions, rappelle le psychologue.
    • Un sujet de divergence? Vous pouvez simplement offrir un sujet alternatif. Par exemple, "cette question n'est pas le seul problème avec la situation politique actuelle" et lancer un autre sujet. La règle est de contribuer à un sujet ou d'offrir une alternative.
    La clé pour être un bon conversationniste, dit Carducci, est simple: vous n'avez pas à être brillant mais gentil, c'est-à-dire montrer une volonté de converser et supporter les efforts des autres qui en font autant.
    Les changements de comportements ne sont jamais faciles, souligne le psychologue. Si vous voulez être un bon conversationniste et que vous ne l'êtes pas, vous devrez faire les choses autrement. Mais à mesure que vous le faites de plus en plus dans votre vie quotidienne, cela deviendra une seconde nature et vous aurez le sentiment d'être naturel.
    (1) De l'Université d'Indiana Southeast. Auteur des livres "The Pocket Guide to Making Successful Small Talk: How to Talk to Anyone Anytime Anywhere About Anything" et "Shyness: A Bold New Approach".

    http://www.psychomedia.qc.ca/psychologie/2014-11-29/timidite-relations-sociales-5-etapes-d-une-conversation

    Commentaires

    Articles les plus consultés